Février 1943
Ordre de la Feldkommandur aux maires de l'Yonne
concernant l'embauche d'ouvriers pour l'Allemagne

PREFECTURE DE L'YONNE
CABINET DU PREFET
Auxerre, le 10 Février 1943.

LE PREFET de L'YONNE

à Messieurs les Maires du Département.
J'ai l'honneur, comme suite à l'envoi d'une affiche allemande datée du 9 février 1943 et aux instructions qui vous ont été notifiées par la Gendarmerie, de vous donner ci-après copie d'une lettre de M. le Feldkommandant d'AUXERRE.
Dans votre intérêt je vous prie de bien vouloir vous conformer strictement aux prescriptions de l'Autorité allemande.

Le Préfet,

FELDKOMMANDANTUR 745
Groupe administratif
Az I8 II/V 6
Auxerre, le 9 Février 1943.

Très urgent

à Monsieur le PREFET à AUXERRE

Objet : embauchage d'ouvriers pour l'Allemagne.

En me référant à notre entretien d'hier, je vous informe que dans la prochaine édition du "Bourguignon" il paraîtra un appel par lequel il sera demandé aux classes de 18 à 25 ans de se présenter dans les bureaux de recrutement allemands à des jours déterminés. Cet appel est un ordre auquel il faudra donner suite en tout état de cause. des exemptions ou exceptions quelles qu'elles soient n'existent pas.
Je vous prie d'informer tous les Maires de votre département par les voies les plus rapides qu'ils ont à faire le nécessaire que cet appel soit connu partout dans leur Commune et qu'ils fassent comprendre aux personnes intéressées avec toute l'insistance nécessaire qu'en cas de non-observation de cet appel des sanctions graves seront prises contre le coupable. Je rendrai responsable personnellement les Maires de l'exécution la plus précise de mes dispositions actuelles et futures en matière d'embauchage. Je me réserve le droit de prendre des mesures contre eux si je remarque que les dispositions sont sabotées d'une façon quelconque. Après échéance des délais de déclaration je ferai connaître aux Maires les personnes qui se sont déclarées à mes services en leur demandant d'attester qu'en dehors des personnes signalées par moi il n'y a pas dans la commune d'autres personnes masculines de ces classes. Au cas où il y aurait des personnes qui ne se sont pas déclarées, le Maire devra me les signaler dans un délai que je lui impartirai et il devra confirmer qu'en dehors des personnes signalées il n'y a pas d'autres personnes de ces classes dans la Commune. Si ces attestations devaient être données de faon erronée avec préméditation ou par négligence ou si elles n'étaient pas remises, je ferai procéder, en dehors d'une sanction à la révocation d'office du Maire en question.
Vous voudrez bien me faire savoir pour le vendredi 12 Février 1943 quelles suites vous avez données à ce sujet.

Pr. le Feldkommandant,
signé : Richelmann.

Retranscription "Cheny mon village"

Retour